Un conte de Szintilla

Publié le par Petra

Szintilla est ma copine sur mon blog allemand. Elle a écrit le conte "Bärenlohn für Eigennutz" qui me plait tellement que je l'ai traduit pour le partager avec vous. Elle m'en a donné son accord. Les photos ont étés prises par son fils.



 L'ours et les nains


Il y a très longtemps, dans la Forêt Merveille au pied du Mont Cristal, vivait une petite famille de nains heureux et paisibles. Un jour apparut dans leur forêt un gros ours blessé. Les nains étaient vraiment minuscules et avaient très peur de cet ours gigantesque, mais bientôt ils réalisaient qu’il était bien trop affaibli pour pouvoir leur faire du mal. Prudemment ils osaient alors s’y approcher un peu plus. Bientôt ils étaient rassemblés tout autour et lui demandèrent comment ils pourraient l’aider. L’ours grognait et marmonnait car il s’en voulait quand même un peu pour être si désemparé. Il avait été gravement blessé par un chasseur, et sa blessure béante qui ne voulait pas bien cicatriser lui faisait très mal à chaque mouvement qu’il fit. « Je suis trop affaibli pour chasser », marmonnait l’ours « si je ne mange pas bientôt, je vais mourir de faim. » Les nains discutaient alors brièvement entre eux et promirent de lui amener de quoi manger. Quelques uns des petits nains allaient à la pèche et amenaient leurs poissons à l’ours, d’autres cueillaient des mûres, des fraises et d’autres baies, d’autres encore chassaient des lapins, des belettes et d’autres petits animaux. Mais l’ours était énorme et il avait très faim, les nains cependant étaient si petits. Bientôt ils ne faisaient plus d’autre chose que chasser et cueillir pour nourrir l’ours.

Les nains étaient aussi les gardiens de l’arbuste aux noix qui donnait tous les dix ans des cacahuètes dorées. Le pouvoir magique de ces cacahuètes était si important, qu’ils redonnaient instantanément force et santé à n’importe quel malade ou blessé qui en mangeait. Mais les nains ne voulaient gaspiller aucune de leurs noix magiques pour soigner l’ours car, d’une part, ils craignaient sa force et sa taille ; peut-être se feraient-il bouffés si l’ours retrouvait trop rapidement toute sa force. D’autre part ils étaient bien trop grigous, craignant de ne pas avoir suffisamment de cacahuètes dorées pour eux-mêmes en attendant la prochaine récolte.

Avant peu ils étaient las de subvenir aux besoins de l’ours dont la blessure ne semblait vraiment pas vouloir se renfermer. Celui-ci était toujours trop faible pour aller à la chasse. De plus en plus de nains refusaient d’aider l’ours. « Pourquoi devait-il aussi arriver chez nous, après tout ? », se demandèrent-ils et continuèrent à se plaindre : « Ah, si seulement nous ne l’avions jamais trouvé ! » Le soir d’une longue journée chargée de travail dur ils se rassemblèrent au pied du Mont Cristal pour tenir conseil. La majorité des nains voulaient abandonner l’ours à son destin. Le meneur était donc chargé de porter la décision à la connaissance de l’ours qui lui, était ainsi ordonné de se trimballer ailleurs jusqu’à ce qu’il trouve quelqu’un d’autre pour l‘aider. Dès que l’ours avait entendu le verdict il était épris par une sainte colère. Il se redressa et rugit à en faire éclater les oreilles jusqu’aux fins fonds de la forêt. Pendant qu’il rugissait il se transformait en magicien, et pas n’importe lequel, mais le Souverain de la Forêt Merveille ! Les nains avaient déjà beaucoup entendu parler de lui, mais encore jamais au grand jamais aucun nain ne l’avait vu de ses propres yeux. « Ainsi est-il donc vrai, tout ce que j’ai entendu sur vous ! » hurla le magicien. « Vous n’êtes qu’une bande de minables peureux, mesquins et égoïstes. Une seule cacahuète vous aurait épargnée la peine de vous fatiguer semaine après semaine pour nourrir l’ours. En remerciement et compensation pour votre peine je vais vous unir à jamais avec vos cacahuètes dont vous ne pouvez pas vous séparer de toute façon. Dorénavant vous allez vous reposer du travail et dormir à l’intérieur de vos noix dorées jusqu’à ce que vous trouveriez l’occasion d’aider quelqu’un par leur magie. Seulement quand vous aurez accompli cette mission, serez-vous libérés du sort que je viens de jeter. Afin de pouvoir trouver une occasion pour donner vos noix magiques aux nécessiteux, il vous sera permis de les quitter tous les dix ans pendant le temps d’une pleine lune. » A peine le magicien avait-il jeté le sort que tous les nains de la famille disparaissaient dans les noix dorées.

Jusqu’à ce jour ils n’ont pas pu se séparer de leurs cacahuètes chéries. Tant que vous puissiez encore voir l’image d’un nain endormi à l’intérieur d’une cacahuète, le sort de l’ours-magicien n’a pas été brisé.

null

 

Publié dans Contes

Commenter cet article

dissertation 15/02/2010 08:15


I have been visiting various blogs for my dissertation research. I have found your blog to be quite useful. Keep updating your blog with valuable information... Regards
__________________

dissertation


Petra 15/02/2010 15:56


Thank vou very much for the encouragement. I have absolutely no pretention as for my posts being useful. I do this just for my own pleasure and I am glad if other peoples can find pleasure in
reading them. As for useful information, I have absolutely no idea what that means. It seems to me that this would depend on the reader and his or her interests. You are very welcome to have a look
anytime you like and I am glad that you could find something useful here for yourself. Thanks again and good luck for your dissertation.


le passager 13/02/2010 20:55


Je voudrai demander pardon à tous les cac... Oh pardon ! , à tous les nains que j'ai mangé et je voudrai dire que contrairement au magicien je les ai trouvés bon !


Petra 14/02/2010 12:43


Ogre !


saadou 12/02/2010 17:37


exact! dans tout magicien y a un ours qui sommeille et un ours, c'est pas de la tarte quand ça se réveille!


saadou 12/02/2010 16:57


c'est quand même pas leur faute si l'ours était si gros! et puis avec le froid qui fait j'irai bien dormir dans une petite cacahuète bien douillette!


Petra 12/02/2010 17:16


Oui, mais tu te ferais bouffée avec ta petite cacahuète douillette et tout... T'en a pensée à ça ?

Ce que je trouve méchant par contre, c'est l'ursupation du magicien, ou devrais-je dire l'oursupation ?