Elle, c’était une fleur

Publié le par Petra

 

null 

 

Elle, c’était une fleur fine et jolie

Qui au soleil en douce lueur s’épanouît.

Lui, il était jeune et papillon,

Très attaché à cette sublime floraison.

 

 

Souvent venait l’abeille bourdonnante

Qui grignotait là, ô la susurrante.

Parfois une coccinelle là grimpait,

De haut en bas, montait et descendait.

 

 

Mon Dieu, que cela blessait le papillon,

Remplît son âme de gravissime indignation !

 

 

Mais ce qui le vexait le plus dans cette histoire,

Le pire est arrivé, et de manière trop dérisoire.


null 


Un vieil âne enfin a dévoré
La belle plante sans rien laisser.

 

 

Ma traduction du poème

« Sie war ein Blümlein » de Wilhelm Busch

 

Publié dans Poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z


l'ane aussi aime les fleurs,


mais chacun à sa façon !


bizz


 


zerlina



Répondre
P


Et moi, j'aime les ânes !


Douce journé à toi



L


d'un autre côté,le plus amoureux devait être l'âne, il l'aimait tellement qu'il l'a mangé



Répondre
P


Ben voui ! Les allemands ameureux se disent souvent : "Je t'aime si fort que j'ai envie de te dévorer". Raison de plus de ne pas leur faire trop confiance...



L


Voulez vous que je vous dise


pauvre fleur, pauvre papillon


dévoré par la bêtise 


c'est vraiment trop con



Répondre
P


Pas mal du tout, le vieux Guillaume Busch serait fier de toi !